Vespasien

Les frappes de Vespasien vont compliquer encore la question des ateliers. Mis à part les frappes de Chypre, clairement attribuées avec le temple de Paphos ou Zeus Saliminos au revers, toutes les autres, au moins réparties en cinq séries chronologiquement parallèles, diffèrent souvent par le style, parfois par les graveurs, parfois par l'aloi apparent.

Certaines séries sont dans un métal médiocre, probablement à moins de 50% d'argent fin (ces séries sont attribuées à un atelier militaire de Palestine mais elles sont trop courantes pour n'être qu'un épiphénomène). Il est surprenant de constater une circulation concomitante de monnaies d'alois variés mais ceci peut s'expliquer si nous combinons l'idée de plusieurs ateliers différents par leurs sources de métal (le Trésor militaire devait être exsangue face à une guerre beaucoup plus longue et dure que prévu) et le fait que le tétradrachme était une monnaie fiduciaire.
Le type est toujours au revers de l'aigle avec deux nouveautés : un revers à l'aigle sur un large autel enguirlandé, la palme dans le bec, et le double portrait de l'empereur et son fils, type de tradition et de style alexandrin.
retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.