La Symbolique

 

La Tyché d'Antioche tient dans ses mains différents attributs : on reconnaît facilement, selon les périodes, le blé, la palme et le pavot. Le blé et la palme, s'ils peuvent rappeler les cultures locales peuvent tout à fait, particulièrement la palme, être présentés sous leur aspect religieux, outil de rites d'aspersion et de rites de fertilité.

La palme, tenue par la Tyché sous Auguste, va glisser dans le champ ou dans les griffes de l'aigle à partir de Néron qui abandonne la Tyché pour imposer l'aigle. Celle-ci ne réapparaîtra plus qu'à l'occasion de minuscules émissions de présentation, sous Commode et les Sévères, et dans les émissions de guerre de Trajan, aux cotés de Melqart et de l'aigle. La palme est presque toujours présente sauf sous les Sévères où elle est remplacée par le cuissot sacrificiel du mythe de fondation de la ville.

Le blé fera de très courtes apparitions dans les premières émissions de Trajan et le pavot ne se trouve que dans les émissions de guerre de Trajan. Bien que la culture du pavot soit encore très présente dans la région au sud d'Antioche (alternée avec des rangs de tomates ou de tournesol), au nord de Baalbeck, je n'ai jamais pu trouver de trace d'une culture économiquement significative du pavot, ni d'une consommation à grande échelle de stupéfiants à l'époque romaine. Il semblerait donc que la plante soit représentée pour son usage religieux, divinatoire probablement.

retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.