Les quantités frappées

 

Les émissions de tétradrachmes sont en général massives (plus de 20 exemplaires répertoriés par type) ou très réduites (moins de cinq exemplaires répertoriés), très rarement de moyenne importance : nous pouvons donc en déduire qu'outre les raisons habituelles de frappe - expéditions militaires, grands travaux ou développement économique -

il existait une très importante tradition de frappe « de présentation » ou de « commémoration », peut-être même des émissions de donativa. Ceci est le témoignage d'une monnaie « politique » autant qu'économique, que le pouvoir soit municipal ou impérial.

Les quantités frappées sont très importantes et représentent de grandes masses de métal. Il ne s'agit en aucun cas d'un monnayage d'appoint mais du monnayage essentiel, très largement devant le denier, même local, dont les trouvailles sont relativement minimes. On constate une corrélation directe entre la production monétaire, les guerres et les périodes de grands travaux.
retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.