La Politique

 

- Les lettres SC, que l'on suit sur le bronze depuis Auguste et qui apparaissent sur les tétradrachmes à partir de Gordien, ont-elles le même sens que le SC de Rome « Senatus Consulto », « avec l'approbation du Sénat » ? Le DE des frappes de Caracalla, Macrin et Elagabal à Antioche, systématique à partir de 214 est-il, comme on l'a cru jusqu'à présent, une redondance pour DHMARXIKHS EXOYCIAC - Tribunicia Potestas - ou une version « grecque » de SC ?

Quelle réalité politique locale recouvre ce « Sénat » qui semble être la « puissance émettrice » des tétradrachmes après avoir été celle des bronzes ? Quelles sont les ressources métalliques qu'il transforme en tétradrachmes ? Ne devrait-on pas considérer qu'il y a un lien entre la constitution antonine qui accorde la citoyenneté romaine à tous les peuples de l'Empire et l'apparition de ces deux lettres ?

- Y a-t-il effectivement depuis l'origine, plus ou moins différenciées et importantes selon les périodes et les besoins, deux puissances émettrices, l'une impériale, l'autre locale ? - Comment expliquer les différences de comput impérial entre Antioche et Rome ? Par exemple, les quelques monnaies connues avec un troisième consulat pour Geta, inconnu à Rome, et surtout les très nombreuses frappes de Philippe l'Arabe à la date du quatrième consulat, inconnu à Rome. Nous savons que le gouverneur de Syrie était le frère de Philippe mais si quatrième consulat il y a, qui l'a décerné ? Le « Sénat » d'Antioche s'était-il arrogé le droit de décerner un consulat ?

retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.