Les frappes non officielles sous Alexandre Sévère

Aucune frappe officielle n'est connue sous Alexandre Sévère. L'Orient est alors une région sans évènements et l'Empereur tente de faire oublier son cousin Elagabal, la Pierre Noire et les cultes syriens. Il y aurait pourtant eu une justification économique à de nouvelles frappes car on voit apparaître à cette époque de nombreuses pièces non officielles, certaines frauduleuses au sens de la tromperie sur l'aloi, d'autres de bon poids et titre, voire de bon style mais ne trouvant pas leur place dans les séries officielles actuellement reconnues.

L'exemple le plus flagrant est une petite série certainement frappée en Mésopotamie aux types et légendes farfelues avec par exemple un tétradrachme pour Caracalla et Plautille (reléguée en 205, longtemps avant l'ouverture des ateliers). Autre cas dans la même émission, un tétradrachme au portrait de Septime Sévère et à la légende QEw CEOYHPw PAPPw, donc « Divin Sévère Grand-père » .

Sauf en imaginant que la propagande ait réussi à faire croire à la filiation Caracalla/Elagabal, on ne voit pas de qui Septime Sévère pourrait être le grand-père. Toutes ces frappes, parfois crédibles au point d'avoir été précédemment accueillies dans les catalogues des séries officielles, montrent le goût du public pour ce module, pour les styles de bustes et de gravure de 215/217, ainsi que la diffusion hors des frontières de l'Empire, au-delà de la Mésopotamie.

retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.