Fiduciarité

 

Nous savons que le tétradrachme syro-phénicien est une monnaie fiduciaire : aucune des trouvailles étudiées n'a montré la moindre tendance à un tri, lors de la thésaurisation, privilégiant les exemplaires « lourds » ou « neufs ».

Les poids des exemplaires, si ils respectent une moyenne différente selon les périodes, montrent des écarts-types importants, leur poids n'est donc pas essentiel à leur valeur.

On a donc le sentiment d'une monnaie confortée par un contenu métallique sérieux, ce qui n'est pas le cas en Égypte, mais dont la valeur d'échange est fixée en monnaie de compte et non en poids, ce qui permet aux autorités une grande souplesse de politique budgétaire.
retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.