La Fabrication

 

- Quels étaient les liens exacts entre l'atelier d'Antioche et les autres ateliers de l'Empire, particulièrement Rome, Tyr, et Césarée de Cappadoce ? Comment et par qui les flux financiers ont-ils été répartis particulièrement entre Nerva et Septime Sévère ? Le métal frappé à Rome en tétradrachmes sous Philippe provient-il de fonds impériaux ou antiochènes ?

- Les attributions discutables sont nombreuses. Sans entrer dans le détail, nous pouvons considérer comme seulement probables les séries attribuées aux ateliers d'Emèse (de Caracalla à Diaduménien), Heliopolis, Damas, Béryte pour la série à la proue, Byblos, Tyr pour les petites séries de Trajan, Aelia Capitolina, Ascalon et Césarée maritime. Nous pouvons considérer comme incertaines les séries attribuées aux ateliers de Carrhae, Edesse, Rhesaena, Gabala, Ake-Ptolemaïs, Arados, Tyr pour les petites émissions de Trajan à l'épi de blé et au foudre, Chypre, pour les émissions de Caracalla, et Gadara. Il sera probablement possible d'attribuer avec certitude certaines de ces émissions par la découverte d'émissions de présentation explicites et par la corrélation des graveurs avec des émissions de bronzes pouvant être attribuées. Les graveurs sont aisément reconnaissables et le style permet généralement de reconstituer des séries cohérentes.

- Un travail global à partir des graveurs et des liaisons de coins devrait permettre de comprendre la structure des émissions et particulièrement la position chronologique des types de présentation et des bustes exceptionnels à l'intérieur des émissions de 215/217, donc de savoir si un schéma général se dégage pour l'ensemble des ateliers importants ou si le choix des types était laissé à l'appréciation locale.
retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.