Conclusion générale

 

Conclure la présentation d'un étalon monétaire peut se faire en essayant de suggérer la fonction sociale qu'il a rempli pendant ses trois siècles d'existence. Je citerais à ce propos le titre d'un ouvrage écrit par l'un des anciens directeurs de la Banque du Liban, Joseph Oughourlian, sur l'histoire de la monnaie libanaise depuis l'indépendance du Liban en 1919 : « Une Monnaie, un État, histoire de la Livre libanaise ».

L'idée centrale de l'auteur du livre est que l'élément unificateur, la racine de l'idée d'État dans cette partie du monde est la Monnaie. Loin de fondations religieuses ou militaires, les populations de cette région s'agrègent et s'organisent autour d'une monnaie : « qui utilise la même monnaie que moi appartient au même groupe que moi », quelques soient les différences religieuses, ethniques, linguistiques ou géographiques, lesquelles préviennent encore aujourd'hui la constitution de "nations".

Si l'on arrive un jour à comprendre comment, à l'intérieur de l'Empire, dans cette région, des populations locales incroyablement différentes ont pu s'articuler entre elles sans heurts vraiment notables pendant trois siècles, il est probable que l'on accordera à cette monnaie commune, mais non pas unique, un rôle beaucoup plus important que celui de simple outil de paiement.
retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.