Les ateliers

La période la plus intéressante des émissions de tétradrachmes d'Antioche se situe entre 215 et 217, lors de la guerre Parthique où une trentaine d'ateliers locaux ouvrent pour le quatrième consulat de Caracalla. Les identifications reposent avant tout sur le symbole disposé entre les pattes de l'aigle du revers. Celui-ci est parfois évident comme, par exemple, Europe sur le taureau qui ne peut appartenir qu'à Sidon, mais beaucoup de symboles nous restent obscurs.

On fait alors appel aux émissions de présentation : un phare dans la main d'un dieu fleuve y désigne sans discussion Laodiké (la seul ville disposant d'un phare important dans la région) alors que le symbole usuel des tétradrachmes de la cité, une « étoile », pourrait s'appliquer à bien des villes.

Les nombreuses liaisons de coins assurent l'identité du symbole « étoile ». Si l'émission de présentation n'est pas connue ou reste elle aussi obscure, on fait appel aux comparaisons de graveurs entre les tétradrachmes et les bronzes locaux qui portent le plus souvent une légende avec l'ethnique.

retour
LES TÉTRADRACHMES SYRO-PHÉNICIENS 57 AC / 253 AD.